Recherche

La Femme du Futur




La Femme du Futur
Les petites filles rêvent de princesses, de merveilleux, d’amour, de magie, d’animaux et d’êtres différents faisant partie de leur monde. Ensuite elles grandissent et leur environnement est souvent fait du contraire, car les valeurs masculines sont dominantes et donc exacerbées, écrasant alors les valeurs féminines.

Les aspirations féminines sont celles de la douceur et de l’harmonie, ce qui fait qu’elles cèdent donc aux vœux et aux exigences de leur environnement, étant de ce fait de nature à se laisser dominer. Alors elles s’adaptent et changent plutôt que d’adapter leur vision du monde à leurs aspirations profondes et à leur être véritable. Car l’essence féminine n’est pas celle qui domine les idéologies et les comportements qui prévalent dans toutes les sphères de la vie, y compris ce qui régit les fondamentaux de la société et les relations internationales.

Le courant dominant est celui qui est véhiculé par les médias: la domination du plus fort, la compétition, les guerres, les génocides, les abus et perversions sexuelles. Les vertus masculines ne seront sublimées, et non pas exacerbées et sujettes à des dérives, que lorsque les vertus féminines le seront. Alors les extrêmes et les modèles abusifs qui régissent les relations entre les individus et les peuples, et qui sont considérés comme étant normaux car étant la norme, seront équilibrés par l’influence de la polarité inverse, par l’idéologie féminine. L’obtention d’un équilibre parfait des énergies yin et yang, plutôt que la domination de l’une de ces énergies, rétabliront des relations équilibrées entre les individus, les peuples et notre environnement.

La femme se trouve à une croisée des chemins, ne sachant plus quel choix de vie adopter. Elle ne sait plus quoi penser à propos de comportement à adopter en matière de sexualité, de vie familiale, du choix de la base qui déterminera son orientation en matière de travail et d’aspirations. Ceci est dû au fait que la libération de la femme est passée par la lutte pour l’obtention du droit de se choisir un époux, de divorcer, de voter, de l’égalité des chances sur le marché du travail et de la liberté sexuelle. Comme chaque forme de liberté fut durement acquise auprès des hommes, elle se mit à penser que la liberté de la femme passait par l’imitation des comportements des hommes.

Mais imiter les idées et comportements des hommes n’est pas trouver qui la femme est réellement, car la différence de nos êtres doit être complémentaire et non similaire à celle des hommes afin d’établir un équilibre. C’est uniquement par le biais de cette idéologie que la femme pourra entrevoir un futur où l’essence et la touche féminines porteront un changement profond dans les fondamentaux qui régissent nos vies, sur le plan familial, mais aussi sur les plans sociaux, économiques, politiques et environnementaux.

L’essence de la femme ne répond pas aux critères dominants auxquels elle s’adapte en devenant un individu compétitif, une machine de travail et un objet de fantasmes, jusqu’à ce que son comportement ne soit plus en adéquation avec son être et que ses émotions deviennent agressives ou dépressives. La femme perd alors cette connexion avec qui elle est vraiment et oublie qu’elle est au fond un être fait de douceur qui aspire à un monde idéal fait de joie, de paix, d’amour et de merveilleux.

La prochaine libération de la femme est une libération intérieure et idéologique, et celle-ci aura un impact significatif et positif sur son environnement. La femme doit se libérer du poids des attentes du courant dominant, qui sont véhiculées, soit directement par l’influence de son environnement immédiat, soit par les médias et les structures même qui régissent notre société: la législation, la défense, l’enseignement etc. Tant que ces modèles de structures qui encadrent la vie en société sont de formes strictes et masculines, plutôt que fluides comme les structures qui régissent la nature, les fondamentaux qui déterminent la position de l’être humain dans l’univers ne pourront pas répondre aux aspirations féminines et rétablir un équilibre parfait pour exister en harmonie avec l’univers.

Le modèle relationnel qui intègre l’énergie féminine est fluide plutôt que rigide, il préfère rétablir l’harmonie plutôt que d’utiliser la répression, il transmet des valeurs plutôt que de punir sans obtenir de changement profond, il est sensible aux subtilités plutôt que d’envisager la violence comme solution à court terme. Cette libération intérieure de la femme passe d’abord par la découverte de qui elle est réellement, tout au fond de son cœur et de son âme. Elle passe par une introspection qui permet la découverte de soi, de ses pensées uniques, de l’impact de ses expériences, afin d’arriver à une forme de pensée créative et nouvelle qui changera le dynamisme de soi dans le monde; plutôt que de reproduire ce qui n’est pas l’image de ce qu’elle est réellement. La liberté de la femme et l’évolution des fondamentaux qui régissent l’être humain en société, doivent d’abord passer par une réflexion de qui elle est en tant qu’individu, de ce qui la fait souffrir, de ce qu’elle perçoit comme étant des injustices dans la façon dont évolue le monde et de ce qu’elle souhaite changer pour les futures générations de petites filles.

La femme qui réagit sur le modèle de comportement masculin, qui est la norme aujourd’hui, ne sait plus quoi penser à propos d’amour et de sexualité. Elle rêve secrètement au prince charmant, mais elle intègre le comportement masculin qui portera l’inverse de ce à quoi elle aspire réellement. Avec la liberté sexuelle durement acquise, la femme adopte les idées et comportements masculins sans examiner si ceux-ci répondent à qui elle est réellement, ou sans se demander si elle a intégré comme étant les siennes les désirs et fantasmes des autres. Elle doit d’abord faire la différence entre les désirs et fantasmes des autres qui se sont greffés sur elle et ses désirs réels.

Souvent, beaucoup plus souvent qu’on ne soit prêt à l’admettre, les petites filles sont soumises à différentes formes d’abus, car ce modèle opère de façon qui convient parfaitement aux auteurs de délits, dans un tabou qui permet la reproduction de ce modèle de génération en génération, ceci devenant une norme acceptée par tous, de la même façon par laquelle on pense que l’alcool n’est pas bon pour nous mais on en consomme quand même sans difficultés de conscience.

La femme s’imprègne alors de son environnement, qui véhicule une image de la sexualité par le biais de la pornographie, qui n’est rien d’autre qu’une forme de perversion qui permet à un homme de dominer une femme ou une petite fille sans prendre en considération ses émotions et son bien-être. Ces filles qui sont soumises à des abus sexuels et physiques, sont avant tout soumises à une violence d’ordre émotionnel, de sorte qu’elles perdent leur identité.

Plutôt que d’intérioriser les influences extérieures et adapter ses désirs et comportements, la femme devra chercher la vérité de son être et ensuite l’extérioriser. Toutes les formes de violence sont contre la nature féminine et sont autant de formes d’agression contre l’âme. La violence physique qui s’applique lorsque l’on joue au soldat, la violence sexuelle forcée ou non-forcée (car même dans ce cas elle ne respecte pas la nature et les émotions de la femme ou de la petite fille qui s’efforce de faire plaisir à l’autre), la violence émotionnelle que la femme s’inflige souvent elle-même en s’alignant sur une vérité autre que la sienne; toutes les formes de violence institutionnalisée contre d’autres groupes ou peuples (comme dans le cas de répressions ou de guerre quel que soit le concept d’ennemi individuel ou collectif sur le plan politique ou religieux), ou contre les animaux et l’environnement, ne peuvent être vécues comme représentant les aspirations de la majorité et représenter la norme. Car ce concept qui fait fonctionner l’appareil d’état est l’influence de l’énergie masculine qui n’est pas équilibrée à l’énergie féminine et qui mène alors à une idéologie et à des actes déséquilibrés causés par une vision d’un monde polarisé régi par un rapport de forces.

Ce rééquilibrage ne passe pas par des récriminations ou par des manifestations, mais en reconnaissant la responsabilité de l’essence féminine par rapport au monde auquel elle appartient et par rapport à celui qu’elle souhaite transmettre à ses enfants. Ceci ne peut s’effectuer en profondeur que lorsque la femme existera de façon cohérente par rapport à qui elle est réellement. Cette idéologie se transmettra de façon naturelle et en douceur, en changeant individuellement la façon dont la femme pense, transmet et existe en société. Cette société se transformera alors comme un processus naturel, tandis que si la femme imite les idées et les comportements de la société, c’est elle qui la transformera.         

Il est vrai que la femme qui vit dans une société qui ne réprime pas les droits acquis dans le monde occidental, possède une indépendance à tous les niveaux sauf sur le plan émotionnel. Car la femme rêve d’amour et se perd dans une société où elle est doit constamment faire face à des situations impliquant un modèle exacerbé de fonctionnement masculin qui n’est pas équilibré par les valeurs féminines de respect et de tendresse. Ceci la mène à se poser des questions en matière de sexualité, car le courant dominant fonctionne selon la règle matérielle de la consommation, par laquelle l’objet n’a pas de valeur et son essence spirituelle est reniée.

La femme qui intériorise ces valeurs matérielles sous la pression constante de son environnement, opère une forme de violence contre elle-même, car elle n’est plus en adéquation avec ses émotions et avec son âme. Ce ne sera que lorsque ses actions, notamment en matière d’amour et de sexualité, seront les réflections de ce que souhaitent réellement son cœur, son esprit et son âme, qu’elle trouvera son équilibre et rétablira par ses actions un alignement entre les énergies masculines et féminines qui sont le cadre même qui nous maintient en équilibre. La femme d’aujourd’hui n’a pas besoin des hommes pour fonctionner pleinement en société, ni même pour procréer avec l’avènement de la génétique à partir de cellules souches, mais elle choisit un partenaire qui se montre digne de son amour en lui témoignant tendresse et respect, en se préoccupant de son bien-être émotionnel et en répondant à ses attentes profondes, en un échange mutuel et équilibré.

La Femme du Futur
Cet équilibre parfait entre les énergies masculines et féminines est symbolisé par le Yantra de Shiva/Kali qui représente l’union des contraires et la réalité ultime. Le carré représente le monde physique qui s’étend vers les quatre points cardinaux et signifie le monde terrestre. Le carré représente aussi le seuil avant la dimension cosmique qui se trouve à l’intérieur de chaque individu et qui est représentée par le cercle à l’intérieur du carré – le macrocosme qui se trouve dans le microcosme.

Le cercle représente le Tout. Le lotus est le symbole de la conscience qui s’étend dans le moi-intérieur pour transformer le monde extérieur. Le cercle est la réalité ultime à l’intérieur de laquelle se trouvent des pyramides indiquant le principe masculin pour celui qui pointe vers le haut et le principe féminin pour celui qui pointe vers le bas. L’énergie féminine est l’énergie cosmique – si celle-ci s’unit, de façon concrète dans la réalité que nous vivons, à l’énergie masculine, elle mène à la conscience supérieure et à l’équilibre du monde.

Une pyramide de forme masculine où une tête composée d’une poignée d’individus domine la masse mène à une forme d’autocratie, tandis qu’une pyramide inversée où la base participe aux décisions permet d’être en adéquation réelle avec la majorité selon le principe de consensus, permettant d’obtenir un modèle flexible ainsi qu’une croissance inclusive. Afin que ces modèles fonctionnent, un parfait équilibre intégrant dans une juste mesure ces deux formes pyramidales, ces deux polarités d’énergie, permet de rétablir un mouvement dynamique de rotation qui sera harmonisé à celui de la nature.

Valérie Charoux
Source: www.valeriecharoux.unblog.fr

Cliquez ici si vous désirez recevoir d'autres textes de Valérie Charoux
Vous avez aimé ce texte, cliquez sur "J'aime" ci-dessous