Recherche

Le flux et le reflux universel




Calendrier Maya
Lorsque l’on renonce à une chose qui aurait fait du mal indirectement à une autre personne, plutôt que de se réjouir d’avoir agi selon sa conscience, on se sent vraiment triste de s’être privé ce bonheur. Si l’on fait le vide dans son esprit tout en prenant conscience de son égoïsme et que l’on se laisse piquer par un moustique, on peut alors réagir en se disant qu’on va laisser ce moustique prendre ce dont il a besoin. Alors on réalise que l’on ne s’en porte pas plus mal et on peut se demander pourquoi on se sent constamment menacé lorsque l’on est privé de ce que l’on voudrait, ou lorsque l’on est en présence d’insectes ou de personnes qui pourraient nous prendre des choses que l’on ne voudrait pas donner. Car le processus de la vie est un flux et un reflux électromagnétique et gravitationnel, ce qui pourrait se traduire sur le plan humain par prendre et donner. Cela signifie que c’est par le fait de laisser prendre que l’on fait partie de la conscience universelle, de ce flux électromagnétique qui relie le Tout, et c’est seulement en acceptant de faire partie de ce mouvement universel que l’on arrive alors à se libérer de la souffrance.

L’espace qui nous sépare est en fait un champ énergétique qui nous relie. Le mouvement qui relie les corps est un mouvement qui explique la dualité que nous ressentons sur le plan physique, car tout ce qui est physique attire par la force de la gravité des pôles opposés qui doivent se rejoindre pour se compléter et repousse par la force magnétique pour que les corps n’entrent pas en collision. La force d’attraction entre les polarités opposées est plus grande que la force de répulsion ou la force magnétique de polarités identiques. Ceci est vrai pour les cellules, mais ceci est également vrai pour tout ce qui régit les comportements d’organismes biologiques, car les organismes qui peuvent se mouvoir vont chercher ce qui leur manque pour assurer leur existence. Ce mouvement qui permet un échange d’énergie continu et qui mène au changement et à l’évolution se transmet à travers l’éther. C’est un mouvement turbulent polarisé qui se traduit sur le plan physique par les pôles nord et sud. Toute forme de vie, que ce soit sur le plan biologique ou cosmique, est faite de mouvement. La notion de mouvement fut explicitée par Nikola Tesla en 1900 comme étant une masse déplacée par une force, toute masse possédant une force d’inertie et toute force tendant à persister, ce qui explique que tout mouvement est de nature rythmique. Ce mouvement rythmique peut s’observer partout dans la nature, par le mouvement des planètes, par le mouvement des marées, par les réverbérations de l’air, par les oscillations d’un courant électrique, par toute vie organique; par la vie elle-même d’un individu, d’une race ou d’une nation, ainsi que celle des planètes comme la Terre, car ce rythme est aussi celui de la naissance et la mort. La loi du mouvement s’applique à toute forme de vie et à tout l’univers physique, cette énergie affectant de façon globale tout l’univers physique, car le mouvement qui s’effectue à un endroit dans l’univers crée un mouvement de flux et de reflux qui affecte toute forme de vie à tout point de l’univers. Ceci explique notre interdépendance et le processus qui fait que chaque partie, biologique ou minérale, fait en réalité un Tout qui est indissociable des parties qui le compose.  Même si notre liberté individuelle ou la souveraineté de notre nation nous rend libres d’agir, nous sommes retenus ensemble par des liens invisibles et inséparables, comme les étoiles qui évoluent dans le firmament. Même si ceux qui prêchent la paix ou les croyances de leur spiritualité parlent de cette interdépendance, celle-ci est en fait une réalité d’ordre scientifique.

Tout comme nous sommes connectés par ce champ magnétique et gravitationnel sur le plan physique tel que nous le concevons, nous le sommes aussi sur d’autres plans qui ne sont pas à la portée de notre perception, ce qui signifie que nous sommes également reliés par ce lien énergétique à la multitude d’autres formes de vie non-physique. La friction qui existe entre les corps survient lorsque l’on résiste à ce mouvement naturel du flux et de reflux qui se traduit sur le plan d’un individu ou d’un groupe par l’acte de prendre et de laisser prendre. Même si cette friction survient naturellement de la dualité de toute existence physique, elle peut être atténuée par la compréhension de cette loi naturelle du mouvement qui régit nos vies, de façon à établir plus d’harmonie sur le plan individuel et entre les groupes. En réduisant notre résistance et donc notre friction, nous pouvons accroitre notre vélocité ou vibration, qui est la force inverse de celle de l’inertie. Plus notre vibration est élevée, plus elle diminue la force d’inertie de la masse pour accélérer la vibration spirituelle. Cette vibration spirituelle permet de traverser la masse sans résistance, ces deux polarités vibrant à des vitesses qui créent une autre dimension que celle du monde physique. L’éther est un élément conducteur d’une quantité beaucoup plus importante d’énergie et agit donc comme un accélérateur d’une puissance inconnue pour les masses ayant une grande force d’inertie.  Selon M. Tesla, la matière fluide remplit l’espace par un mouvement de tourbillon. Le mouvement de ce fluide éthérique devient de la matière et la transition entre les vibrations permet de quitter le monde physique et d’exister sur d’autres plans qui permettraient de choisir le plan physique sur lequel l’on veut exister. Car le principe de vie dépend avant tout de ce mouvement énergétique qui affecte toute forme de vie, qu’elle soit organique ou pas, ce qui insuffle le principe de vie à toutes les formes que nous pouvons percevoir ou pas. Comme la même loi gouverne toute la matière, toute la matière est vivante.

Comme la terre est en rotation autour du soleil à une vitesse de dix-neuf miles par seconde et l’énergie mécanique obtenue est de plus de 25 160 000 000 livres, le corps humain exploserait si ce mouvement s’arrêtait. Le corps humain est soumis à d’autres forces et influences: Il est à un potentiel électrique de deux milliards de volts qui fluctuent de façon violente et incessante. Toute la terre est vivante de vibrations électriques. L’atmosphère elle-même écrase le corps humain avec une pression qui varie entre seize et vingt tonnes, selon les conditions barométriques. L’être humain reçoit l’énergie des rayons du soleil par intervalles variables à un taux moyen d’environ quarante livres-pieds par seconde et il est soumis à des bombardements périodiques de particules solaires qui traversent le corps. L’air est rempli de sons qui sont autant de percussions sur les tympans et l’être humain est aussi secoué par les tremblements de la croute terrestre. Il est aussi exposé à d’importants changements de température, à la pluie et au vent, tandis que les yeux réagissent à un spectre étroit de vibrations lumineuses. Tout ceci démontre la force d’inertie de la masse. Tous ces évènements, mais aussi les guerres et les révolutions ne surviennent pas de façon arbitraire, car ce sont les résultants plus ou moins directs de perturbations sur le plan cosmique, surtout ceux en provenance du soleil. Les perturbations cosmiques ont donc inévitablement un impact sur le comportement humain. Tout comme les perturbations cosmiques ont une incidence sur le comportement humain, le comportement humain a une incidence sur les mouvements de la croute terrestre, comme dans le cas d’une déflagration nucléaire. Les tremblements de terre sont principalement dus à deux causes – à des explosions souterraines ou à des ajustements structurels. La première cause est de nature volcanique, la deuxième est de nature tectonique et peut être causée par de léger chocs provenant de l’intervention humaine. Les explosions de mines,  de torpilles et autres créent des forces réactives sur la croûte terrestre qui pourraient être mesurées en centaines ou en milliers de tonnes et se répercuter sur la planète toute entière. Cet effet est magnifié par la résonance car la terre est une sphère d’une rigidité légèrement plus importante que l’acier et vibre toutes les une heure et quarante-neuf minutes. Si les chocs causés par l’intervention humaine coïncident avec un de ces moments de vibration naturelle, ceci peut mener à des ajustements tectoniques. Et pourtant, comme le disait l’éminent scientifique et visionnaire M. Tesla: "Si notre haine pouvait produire de l’électricité, nous pourrions illuminer la Terre entière".

Comme il est établi dans la connaissance Ayurvédique – qui signifie "la science de la vie" en sanskrit – l’harmonie est la base de ce qui unit tous les principes car chaque élément a la capacité d’influencer l’autre. Cette harmonie est ce qui permet de maintenir l’équilibre entre tous les éléments de l’univers car tout est relié sur tous les plans. Toute perturbation du monde physique-émotionnel-spirituel qui est conçu comme une triade représentée par une forme triangulaire, aura un impact sur la santé physique-émotionnelle-spirituelle de chaque individu existant dans ce monde.

Selon la cosmologie hindoue, l’univers fut créé et détruit chaque 4,1 à 8,2 milliards d’années, chaque ère ayant un cycle de 4 âges: le Satya Yuga, le Treta Yuga, le Dvapara Yuga et finalement le Kali Yuga. Tout comme le Printemps, l’Eté, l’Automne et l’Hiver, chaque yuga implique des étapes avec des changements graduels sur la terre et dans la conscience humaine qui sont reliées. Un cycle complet de 4 yugas débute avec une étape d’illumination ou Age d’Or, suivi d’un âge noir, pour ensuite compléter le cycle comme pouvant être visualisé dans le symbole du serpent mordant sa queue. Ce cycle est causé par le mouvement du système solaire autour du soleil central. Il est intéressant de noter que les prédictions de l’émergence de l’Age d’Or selon le calendrier hindou coïncident avec celles du calendrier Maya. Le calendrier Maya débute avec le Cinquième Grand Cycle en 3114 BC et termine le 21 décembre 2012 AD. Le calendrier hindou du Kali Yuga débute le 18 février 3102 B.C. Il y a donc une différence de 12 années uniquement entre les débuts des cycles Maya et Hindou. L’Age d’Or pourrait débuter en 2012. Sur le plan historique, ceci est un fait surprenant car ces deux anciennes cultures n’étaient pas en contact.

Maya est aussi le nom de la facette Vierge de la triple Déesse Hindoue, symbolisée par une araignée tissant le monde physique, usant de magie pour faire tourner la roue du destin. Elle est la mère de l’Etre Illuminé, le Bouddha et les couleurs de ses trois facettes sont le rouge, le blanc et le noir. Dieu, selon le Veda est l’Univers lui-même, qui s’étend à l’Infini, bien au-delà du monde physique. Il est sans caractéristique, opinion, ni forme et il est la Conscience Infinie. Dieu est donc cette Energie qui imprègne le Tout et qui donne lieu à l’Univers dont nous faisons partie. Tout comme l’araignée crée la toile, l’araignée réside dans cette toile, Dieu étant le contenant et le contenu. Cette philosophie fondamentale des textes Védiques fait que toutes les religions font partie au même titre de cette toile, ce qui revient à appeler le même Etre sous différents noms et sous différentes caractéristiques. De même, tout être fait partie de ce mouvement opposé qui nous unit et cet équilibre qui permet l’harmonie de l’univers intérieur et extérieur passe par l’acceptation de ce reflux qui consiste à laisser prendre de façon à diminuer notre force de résistance et à accélérer notre vibration.

Valérie Charoux
Source: www.valeriecharoux.unblog.fr

Cliquez ici si vous désirez recevoir d'autres textes de Valérie Charoux
Vous avez aimé ce texte, cliquez sur "J'aime" ci-dessous