Abonnement à notre Newsletter

Neale Donald Walsch: Un nouveau Noël




Neale Donald Walsch: Un nouveau Noël

Noël a toujours été un moment magique pour moi. Depuis ma toute petite enfance il représente une sorte de joie transcendante qui s’empare de tout mon corps, et finalement de toute ma vie.

Et ce n’était pas seulement à cause des présents. Bien sûr qu’avoir des cadeaux à Noël m’impressionnait quand j’étais petit, c’est évident. Mais quelque chose d’autre se passait aussi. Il y avait quelque chose "dans l’air" et je le ressentais.

Je me souviens que lorsque j’étais petit je me disais que les gens étaient vraiment différents pendant la période des fêtes. Ils paraissaient plus joyeux, en quelque sorte. Plus compréhensifs, ils acceptaient mieux les choses... et ils pardonnaient plus facilement aussi.

Un jour, dans un grand magasin en plein cœur de décembre, j’ai cassé quelque chose. Je ne me rappelle même plus de ce que c’était, mais je me souviendrai toujours de la réaction de l’employé.

"Oh, c’est rien, petit gars, ne pleure pas. C’est rien. Il n'y a pas de mal. On va simplement débarrasser ça et plus personne n’y fera attention. Joyeux Noël, mon bonhomme. Joyeux Noël!"

Alors, qu’est-ce qui nous arrive pendant ces trois semaines de décembre et qui fait de nous des êtres humains incroyablement  chaleureux?  Et comment faire pour que cela dure au-delà du 3 janvier?

"J’aimerais bien que ce soit Noël toute l’année!" disais-je à l’âge de sept ans. Et bien sûr, ce n’était pas la fête que je voulais voir continuer, c’était l’esprit de cette fête.  Alors, qu’est-ce qui  pourrait prolonger cette atmosphère?

Eh bien, tout d’abord, je crois qu’il faudrait changer les fondements de l’Histoire de Noël. C’est peut-être quelque chose dont certains ne voudront pas entendre parler, mais l’Histoire de Noël sous sa forme strictement religieuse ne guérira pas le monde. Cela ne s’est jamais produit et cela ne se produira pas, cela devrait maintenant être clair pour tout observateur  objectif.

Je sais que cela peut paraître un blasphème en plein milieu des fêtes de Noël, mais je pense que c’est  une question à laquelle l’humanité doit sérieusement réfléchir.

Une religion qui se proclame la Seule Vraie Religion, un chemin qui se proclame le Seul Chemin, ne peut pas mener l’ensemble de l’humanité à faire l’expérience d’elle-même COMME un tout. Et tant que nous ne ferons pas l’expérience de nous-mêmes comme un tout, comme UN, nous serons passés à côté de l’essentiel de toutes les religions.

La raison pour laquelle Noël a un effet si merveilleux sur une si grande partie de l’humanité, dans le monde occidental du moins, ce n’est pas parce qu’il commémore la naissance de celui qu’on dit être le Sauveur de l’humanité, mais parce qu’il redonne naissance en nos cœurs à une pensée, une idée, qu’instantanément nous reconnaissons comme la seule pensée qui peut sauver l’humanité: Paix sur la Terre, bonne volonté à tous les peuples, partout.

C’est le souhait de Noël, c’est la promesse de Noël, celle qui unit des millions de gens, pas simplement ou seulement l’Histoire de Noël telle qu’on nous la raconte depuis des centaines d’années.

Par conséquent, peut-être le temps est-il venu de faire l’impensable et d’apporter la véritable joie au monde. Peut-être est-il temps de créer une nouvelle Histoire de Noël: l’histoire de la naissance du fils et de la fille de Dieu en la personne de nous tous. Cela peut être aussi l’histoire de la naissance de Jésus, né de Marie et de Joseph dans une étable sous l’étoile de Bethléem, avec les anges du ciel qui se réjouissent de sa venue, les rois de l’Orient venus de très loin à la nouvelle de sa naissance, et le Ciel qui le proclame afin que tous l’entendent. Mais ici, l’histoire s’arrête à celle qui sépare l’humanité entre Chrétiens et non-Chrétiens.

La Nouvelle Histoire peut nous dire que le Fils de Dieu est vraiment né ce jour, et naît chaque jour, à chaque fois qu’un nouveau-né pleure. La Nouvelle Histoire peut nous dire que Jésus Christ a apporté sur terre un exemple frappant et une plus grande conscience que jamais de la Divinité qui réside en Chaque Etre Vivant, et que par sa naissance et sa mort nous pouvons tous renaître. Oui, renaître comme la sainte expression de la Divinité que n’était pas simplement l’un d’entre nous, mais que nous sommes tous.

En mémoire de ce Fils miraculeux nous chanterons joyeusement et proclamerons gaiment qu’aucun d’entre nous ne peut être séparé de Dieu, parce que nous faisons tous partie DE Dieu. Nous sommes tous les Fils et les Filles de Dieu, et la vie de celui dont nous célébrons la naissance à Noël témoignera de cette vérité, tout comme notre vie, si nous suivons son exemple et vivons son message d’amour pour tous, de pardon pour tous, de paix pour tous (même pour ceux qui se prétendaient ses ennemis).

Nous tous sur cette terre voulons la même chose. Nous voulons tous la paix et la joie, le bonheur et la sécurité, préserver du danger ceux que nous aimons, vivre en harmonie avec ceux qui partagent la terre avec nous, réaliser les buts et les rêves de notre vie, et pour partir dans la douceur lorsque notre temps ici bas est terminé. C’est ce que nous voulons tous.

Maintenant, il faut nous poser une question: comment se fait-il que sept milliards d’êtres hautement évolués, intelligents, sensibles, peuvent avoir le même désir sans être capable de le réaliser? Ne pensez-vous pas qu’il y a quelque chose que nous ne comprenons peut-être pas pleinement en ce qui concerne la Vie, Dieu et les autres humains, compréhension qui changerait tout?

La réponse à cette question peut être le début de notre Nouvelle Histoire de Noël.


Neale Donald Walsch



Texte traduit par Jean-Louis