Recherche

Neale Donald Walsch: Qu'est-ce qui est 'bien' et qu'est-ce qui est 'mal'?




L'un des concepts les plus controversés de Conversations avec Dieu est l'idée qu'il n'y a ni bien absolu ni mal absolu dans l'univers de Dieu. 
 
L'esprit humain trouve cela difficile à accepter. S'il n'y a pas de bien absolu, comment pouvons-nous savoir quand nous sommes sur le chemin qui mène à Dieu? Selon quel critère évaluerons-nous nos progrès? Qu'est-ce qui nous permettra de déterminer comment il faut agir dans telle ou telle circonstance? Comment créerons-nous nos lois? Quel contenu donnerons-nous à nos valeurs? Et quelle justification donnerons-nous aux punitions que nous infligeons? 
 
La difficulté que certains rencontrent au sujet du message de Conversations avec Dieu — "ni bien ni mal" — est que nous présupposons que le livre dit qu'il faut éliminer le "bien" et le "mal" de notre façon de faire, et nous ne voyons pas comment s'y prendre dans une société organisée, si nous faisons cela.
 
En ce qui concerne la première hypothèse, on se trompe. En ce qui concerne la seconde, c'est exact. Nous ne pouvons pas, étant donné le stade de développement actuel de l'espèce humaine, avoir de société organisée si nous abandonnons nos idées de "bien" et de "mal". 
 
Mais ce n'est pas ce que la trilogie de Conversations avec Dieu nous demande. Elle ne nous laisse même pas entendre que ce devrait être bon pour nous de le tenter. En fait, c'est tout le contraire. Elle nous suggère de nous en tenir à nos valeurs aussi longtemps que nous en voyons l'utilité. 
 
C'est bien là le cœur du problème. Les valeurs ne sont des valeurs qu'à condition d'être valables, au sens où elles gardent de la valeur. On pensait autrefois aux États-Unis respecter les valeurs en brûlant les sorcières sur un bûcher, et c'est ce qu'on faisait. Depuis lors, nos valeurs ont changé, et nous ne le faisons plus. Il nous arrive de tirer sur des médecins qui pratiquent l'avortement, ainsi que d'électrocuter des criminels, mais nous ne brûlons plus les sorcières. On présume donc que notre société a gravi un échelon. 
 
Le dialogue dit que "chaque acte est un acte d'auto-définition". C'est précisément par notre choix entre ce qu'on nomme couramment le "bien" et le "mal" que nous nous définissons en tant qu'individus, et en tant que société. 
 
Donc l'affirmation de Conversations avec Dieu — "le bien et le mal n'existent pas" — n'est pas un argument consistant à abandonner notre notion actuelle de ce qui est bien ou mal. C'est un argument qui consiste à dire clairement que nos notions sont précisément cela: des notions. Elles représentent les idées que nous nous faisons actuellement des choses. 
 
Cela n'a rien à voir avec la réalité objective. En d'autres termes, il serait inexact d'insinuer que la raison pour laquelle nous devrions en faire des valeurs, est qu'elles sont les valeurs de Dieu. 
 
Dieu n'a pas de valeurs au sens où Dieu pense qu'un ensemble d'actions est "bien", et qu'un autre est "mal". Dieu n'a pas de valeurs. Il n'a pas de préférences en cette matière. Elle n'est pas sur un siège en train de nous juger et de dire: "Tu as fait ceci, alors que je voulais que tu fasses cela, donc tu dois être puni."
 
Régulièrement, Conversations avec Dieu nous annonce: "Ta volonté pour toi est la volonté de Dieu pour toi". C'est difficile à accepter pour beaucoup de gens. Cela signifie, tout à fait littéralement, que vous pouvez désirer tout ce que vous voulez, sans récrimination de la part du Seigneur. 
 
Ce que nous devons faire pour donner du sens au message de Conversations avec Dieu disant que "le bien et le mal n'existent pas", c'est de se décider à cesser d'utiliser la force (économique, spirituelle, physique, émotionnelle) dans nos tentatives d'obliger les autres à accepter et à adopter notre point de vue. 
 
Ce qui nous permet d'utiliser cette force maintenant, et de le faire impunément, est la pensée qu'après tout, "le droit est de notre côté" et qu'ainsi tout ce que nous faisons pour forcer les autres à le voir est parfaitement justifié. 
 
Et soyons clairs, sinon même cette discussion va s'enliser dans les malentendus. La raison de ne pas utiliser la force, ce n'est pas que c'est "mal". La raison de ne pas utiliser la force, c'est que cela ne marche pas. La guerre, cela ne marche pas. Se battre et tuer, cela ne marche pas. Le chantage économique, cela ne marche pas. Pas pour une société qui souhaite vivre dans la paix et l'harmonie. 
 
Le Tome 3 de Conversations avec Dieu avance l'argument selon lequel les Êtres Hautement Évolués (EHE) qui vivent dans des civilisations avancées ont deux différences par rapport aux êtres humains. D'abord, ils observent ce qui est, et deuxièmement, ils font ce qui marche. Parmi le plus grand nombre des humains, observer ce qui est et dire la vérité à ce propos, n'est pas courant; faire ce qui marche, c'est encore plus rare.  
 
Le fait est que les EHE n'ont pas un système de valeurs fondé sur des concepts artificiels comme le "bien" et le "mal", mais plutôt sur ce qui "marche" et ce qui "ne marche pas" pour leur santé, leur bien-être et leur bonheur. 
 
Si nous appliquions cette simple règle générale ici, tout changerait du jour au lendemain.

Neale Donald Walsch
Un grand merci à Jean-Louis pour la traduction de ce texte
Source: The CWG Foundation Weekly Bulletin N°581

Vous êtes nombreux à reprendre ces textes de Neale que nous traduisons en français.
Merci d'en indiquer la source: www.humanitysteam.fr


Des millions de gens ont lu la série Conversations avec Dieu de Neale Donald Walsch. En voici le guide pratique.
 
Rempli d’exercices, de travaux pratiques et de questionnaires, Le Compagnon vous permettra de mieux comprendre les principaux thèmes de cette série et de renforcer votre dialogue personnel avec Dieu.
 
Faites l’expérience de Dieu! Neale Donald Walsch vient en aide aux individus et aux groupes désireux d’explorer la sagesse de sa trilogie par une approche interactive.
 
Ce manuel expose 50 concepts-clés des enseignements de l’auteur et montre en langage clair comment les mettre en œuvre en étudiant des techniques qui vous permettront d’atteindre une plus grande conscience de vous-même, en examinant votre situation actuelle, en créant un modèle de changement et en éveillant votre vie spirituelle.
 
Que Le Compagnon soit pour vous un guide bienveillant et digne de confiance tout au long de votre parcours spirituel.

Commandez-le dès maintenant en cliquant sur ce lien